TCA - Taxinomie de la Chose Amoureuse #1
Performance


Pour Correspondances, Antonio Contador propose de dresser une possible taxinomie en plusieurs vignettes de la lettre d’amour à partir de lettres trouvées par l’artiste dans des brocantes. "Lettres d’amitié ou d’amour filial" - plus troublantes que certains billets doux, "éphémérides" - où le temps se dilate et où la lettre devient unité de mesure, " botanique de l’amour", "Tiertus et Alias Figuras" en sont quelques exemples. Une conférence performée à laquelle se joint la cantatrice Eduarda Melo pour... l'interprétation, tel le choreute d’une tragédie shakespearienne se posant en commentaire, du Voi che sapete ("vous qui savez" - en l'occurrence ce qu'est l'amour) des Noces de Figaro de Mozart et Lorenzo da Ponte. Mêlant un corpus de sources empruntées tant à l’iconographie du billet doux, au langage des fleurs qu’à la tragédie antique, Antonio Contador offre le temps d’une lecture publique une seconde chance, post mortem, à ces aveux anonymes. Ne serait-ce pas, simplement, pour subvenir à ce besoin de plaisir qu’énonçait Roland Barthes dans ses "Dix raisons d’écrire" ? - Agnès Violeau

Performance au Palais de Tokyo, dans le cadre de l'exposition Correspondances à l'Espace Culturel Louis Vuitton. Avec la participation d'Eduarda Melo (soprano) et de João Lourenço (clavier yamaha). (cur. : Agnès Violeau)

Combining an iconography of love with the language of flowers and ancient tragedy, Antonio Contador provides through a public reading a post mortem chance to these anonymous love confessions.


Crédit photo : Guillaume Vieira