Depuis le début des années 2010, Antonio Contador déploie une taxinomie de la chose amoureuse (TCA) à partir, entre autres, de lettres d’amour anonymes trouvées dans des brocantes ou transmises par des connaissances. S'il choisit parfois de leur donner corps et voix à travers des performances où se mêlent un corpus de sources empruntées tant à l’iconographie du billet doux, au langage des fleurs qu’à la tragédie antique, Antonio Contador choisit cette fois-ci de restituer au public sa recherche sur la chose amoureuse sous forme de peintures de grand format et de séances de divination amoureuse inspirées tant par les dessins et signes que par les histoires et émotions contenus dans ces correspondances.

Pensées en écho au cycle programmatique du Théâtre intitulé «Un peu, beaucoup, à la folie», les peintures occupent le hall et le phare du Théâtre Brétigny du 21 septembre au 21 décembre 2018.